An Eostig, chaloupe sardinière

La chaloupe An Eostig a été construite dans le cadre du concours des « bateaux des côtes de France ». Mise à l’eau lors des Fêtes maritimes de 1992, cette grande chaloupe sardinière semi-pontée reproduit à l’identique les chaloupes construites après les crises de la sardine du début du XXe siècle : plus robustes et taillées pour la haute mer, elles permettent de diversifier la pêche quand la sardine vient à manquer.

A flot

À proximité du musée à quai, le musée à flot permet au visiteur de découvrir une partie des collections du Port-musée. Plusieurs bateaux sont ainsi visitables de la cale au pont. Ces navires sont les témoins authentiques et rares d’un passé. Pour être conservés, ils sont restaurés régulièrement par les charpentiers du Port-musée qui oeuvrent sous les yeux des visiteurs.

Ces navires sont également les témoins d’un contexte socio-économique particulier et permettent ainsi d’aborder différentes thématiques telles que : la vie du port, les ressources maritimes en matières premières, les transmissions radio maritimes, la pêche en mer, les voies maritimes ou encore le grand cabotage européen. Par exemple, le Port-Rhu accueillait au XIXe siècle les voiliers de Norvège semblables à Anna Rosa qui apportaient à Douarnenez la rogue servant aux pêches sardinières qui alimentaient les très nombreuses conserveries.

En savoir plus