Anna-Rosa, caboteur norvégien

Les travaux de restauration de Anna-Rosa, entamés depuis 2010, ont été réalisés sous la maîtrise d’œuvre du Port-musée, dans le but de rendre au navire son état originel et de proposer au public la visite d’un caboteur norvégien de la fin du XIXe siècle, à l’époque où ce type de bateaux participait au commerce de la rogue avec les ports bretons.

Lors de la première tranche de travaux, réalisée de 2010 à 2014 au chantier Tanguy, la structure du navire a été renforcée, le pont refait et la coque repeinte. De 2014 à 2016, l’équipe technique du Port-musée a réalisé le gréement et les aménagements intérieurs scénographiés du caboteur.

Des liens historiques avec Douarnenez

Anna-Rosa a été construite en 1893 dans le fjord norvégien de Hardanger. Ce caboteur à voile robuste exerce, au début du XXe siècle, comme près de 2000 autres galéasses norvégiennes, le commerce de la rogue* et de la morue séchée dans toute l’Europe. C’est ce type de navire qui livrait la rogue aux ports sardiniers bretons. Ce commerce, particulièrement actif à Douarnenez, est à l’origine des liens étroits noués avec le port de Bergen. Jusqu’au début des années 60, des navires et équipages norvégiens fréquentent Douarnenez, des négociants s’y installent et y font souche. Un vice-consulat est même créé et sera maintenu jusqu’en 1972. Le bateau, après avoir exercé le cabotage, a été armé pour la plaisance dans les années 70 et subi différentes transformations de structure et de gréement. Il est acquis par le Port-musée en 1991. Aujourd’hui, seules une dizaine de ces galéasses norvégiennes existent encore de par le monde, mais elles sont très transformées pour la plupart. La valeur patrimoniale de l‘Anna-Rosa est donc immense, particulièrement à Douarnenez qui garde un souvenir vif de ces navires.

* Les gournables sont des chevilles de bois employées dans la fixation des bordages des navires en bois.

** Des œufs de morue très appréciés comme appât par les pêcheurs de sardines.

Voir le scan 3D de Anna-Rosa

Visite virtuelle de Anna-Rosa

A flot

À proximité du musée à quai, le musée à flot permet au visiteur de découvrir une partie des collections du Port-musée. Plusieurs bateaux sont ainsi visitables de la cale au pont. Ces navires sont les témoins authentiques et rares d’un passé. Pour être conservés, ils sont restaurés régulièrement par les charpentiers du Port-musée qui oeuvrent sous les yeux des visiteurs.

Ces navires sont également les témoins d’un contexte socio-économique particulier et permettent ainsi d’aborder différentes thématiques telles que : la vie du port, les ressources maritimes en matières premières, les transmissions radio maritimes, la pêche en mer, les voies maritimes ou encore le grand cabotage européen. Par exemple, le Port-Rhu accueillait au XIXe siècle les voiliers de Norvège semblables à Anna Rosa qui apportaient à Douarnenez la rogue servant aux pêches sardinières qui alimentaient les très nombreuses conserveries.

En savoir plus