Chloé Batissou

Née en 1977 à Brest

Fille de la rade de Brest, Chloé Batissou est passionnée, têtue, exigeante à soi et aux autres, mais attentive à chacun. Sa facilité à s’imprégner des lieux et des hommes, comme sa capacité à entendre les histoires des gens, étonne parfois ceux qui la croisent pour la première fois. Qu’importe la langue, qu’importe la latitude, à condition que la mer ne soit jamais bien loin, l’intensité des échanges qu’elle provoque, autant que la confiance qu’elle suscite chez ses interlocuteurs, ouvre toujours des portes vers ce qui tient à cœur. Sous sa plume, les mots prennent le goût du sel et la brise ne tarde pas à s’emparer de leur légèreté. Le lecteur entre en confidence. Même dans l’écrit, Chloé Batissou demeure une fille des vagues et des vents.

Une approche ethnopoétique
Avec lenteur, Chloé Batissou aborde, met en confiance les personnes qu’elle rencontre. Elle les interroge sur leur vie quotidienne, les difficultés, les aléas du métier, du climat, elle les amène à parler de leur passion, des souvenirs d’enfance, des traditions, de ce qui était, de ce qui n’est plus, de ce qui demeure. Le temps passe. La parole s’ébroue. Peu habituelle sur ces coins de terre où l’on dit les gens plutôt taiseux, plutôt avares en émotions exprimées. Pourtant, la parole jaillit. Elle évoque la vie, les rythmes, les saisons, l’omniprésence de la nature, son influence. Chloé Batissou est en quête de ce qui longtemps fut retenu par la pudeur, l’humilité, et qui ne demande qu’à s’exprimer. A travers des formules voilées de brume. Nous sommes dans le registre du sensible. Les conversations sont toutes enregistrées, toujours avec l’accord des protagonistes. Elles sont par la suite intégralement retranscrites sur le papier. Ce long travail est indispensable à la révélation de la matière recueillie. La mise en forme des textes est réalisée dans un souci de fidélité à la parole donnée et de respect de la confiance accordée. Les textes transmettent au lecteur les paroles murmurées, la sensibilité révélée, la passion du métier de ces femmes et de ces hommes de rivage et de mer. Ces textes, en restituant l’humble quotidien, dévoilent des existences extraordinaires en des lieux tout aussi hors du commun, où l’on ne cesse de côtoyer, pas à pas, jusqu’au dernier, l’infini.