Formes immuables des bateaux premiers

Bateaux à la taille de l’homme, à l’échelle des milieux

Aujourd’hui, comme hier, tous les peuples de la terre utilisent avec intelligence les matériaux dont ils disposent pour construire un engin flottant. Cette ingéniosité permet à certains d’entre eux de naviguer aujourd’hui, ici avec un curragh irlandais sortis de manuscrits médiévaux, là avec des bateaux paniers circulaires reproduisant 3000 ans plus tard les formes traditionnelles de la Mésopotamie, là encore avec des pirogues qui auraient pu servir aux populations lacustres antiques.

De la panoplie de solutions techniques et nautiques employées, sortent des embarcations légères et nerveuses conçues aussi bien pour la pêche que pour la guerre, la parade et les joutes. Elles sont la réponse locale au besoin de territoires précis et témoignent d’une grande économie de moyens.

Ces bateaux sont si liés aux peuples qui les utilisent qu’ils deviennent quelquefois des objets identitaires.

On distingue des embarcations de troncs creusés, des bateaux dont la structure est ensuite recouverte de revêtements aussi divers que l’écorce, le cuir, le bambou, la toile… Enfin des navires résultant de bois assemblés : c’est le bordé qui a connu un grand succès à l’époque moderne.

Comment(1)

  1. REPLY
    BELLE says

    D’origine malouine par ma mère, je me rends souvent en Bretagne dont j’apprécie les variétés de paysages et climats. Merci de me donner ces moments d’émotion et de plaisir. Roland BELLE

Leave a Reply to BELLE Cancel reply


+ un = 2