Peuples navigateurs et barques des âmes

Locmaria, île de Groix, été 1906 : une mystérieuse découverte

Le Port-musée se passionne pour une découverte archéologique exceptionnelle et méconnue.

En 1906, les archéologues Paul Du Chatellier et Louis Le Pontois mettent au jour sur l’île de Groix une bien mystérieuse sépulture. Sous un grand tumulus, leurs fouilles révèlent les traces d’une grande barque scandinave datant du Xe siècle, incinérée avec la dépouille d’un chef Viking entouré de nombreux armes et atours. Cette découverte, dont l’écho a largement traversé les frontières dès 1906 mais rarement dépassé les cercles initiés, continue aujourd’hui de susciter études et débats passionnés.

C’est ce contexte archéologique exceptionnel que le Port-musée présente cet été. S’appuyant sur de nombreuses archives et le confrontant à d’autres sites du Ponant découverts récemment ou non, il invite le visiteur dans le monde fascinant de la recherche et du Xe siècle.

 Un précieux témoignage de la présence Viking en Bretagne

Pourquoi et comment ce bateau et son passager pour l’au-delà furent-ils incinérés puis inhumés sur l’île de Groix au Xe siècle ? Au fil de sa déambulation, le visiteur décèle les indices. De nombreux objets : épées, boucles, outils trouvés sur le site de Groix et le précieux évangéliaire de Landévennec rédigé par les moines en 909 sont autant de pièces à conviction de la présence Viking en Bretagne. Au cœur de l’exposition, le bateau Ragna, réplique d’une barque scandinave médiévale propose une reconstitution du brasier funéraire originel et introduit la question de l’influence des Scandinaves sur nos traditions maritimes.

Le bateau, véhicule des âmes pour l’au-delà

Se référant à un rite viking bien connu, la tombe de Groix est aussi le prétexte à déambuler dans l’imaginaire et les croyances des peuples marins. À travers la littérature, les arts visuels ou les objets ethnographiques, le visiteur est invité à naviguer dans le monde aérien ou souterrain de l’au-delà des civilisations égyptienne, océanienne ou européenne. Vaste champ universel où se retrouve un trait commun aux peuples navigateurs : la barque de l’au-delà.

Un projet collectif ambitieux et créatif

Afin de faire ressurgir l’histoire oubliée de la tombe viking de l’île de Groix, le Port-musée s’est entouré d’éminents spécialistes du haut Moyen-Âge, et a su mobiliser des collections exceptionnelles prêtées par les établissements prestigieux que sont le musée du quai Branly, le musée du Louvre et le musée d’archéologie nationale de Saint Germain en Laye. Ces objets sont autant de trésors présentés dans une scénographie originale inspirée de l’architecture de l’ ancienne abbaye de Landévennec et mise en ambiance par une création sonore et visuelle originale de Paul Menet.

Téléchargez le dossier de presse de l’exposition